sexe-viol-consentement-sexualité

Parce que la notion de consentement sexuel prend de plus en plus d’importance dans les rapports humains, il est primordial de comprendre ce que ce mot implique vraiment.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un point contexte s’impose avec les chiffres marquants du viol en France. Il suffit de passer sa souris sur le chiffre pour découvrir la statistique.

Le viol. Cela ne se fait pas forcément avec violence. Le non-respect de la volonté de son partenaire peut aussi se catégoriser comme viol. Pour réduire ces statistiques montrées ci-dessus, l’éducation et la maîtrise du terme de consentement par les jeunes peut jouer un rôle. Alors, basiquement, le consentement sexuel est l’accord qu’une personne donne à son partenaire avant de participer à une activité sexuelle. Mais le consentement remplit certaines conditions primordiales :

  • Être donné de façon volontaire

Il doit s’agir d’un choix libre et éclairé. Le consentement n’est donc pas valide s’il est donné sous la pression ou la menace.

  • Être clair

Le silence n’est pas une preuve de consentement. Ainsi, une personne doit clairement communiquer son accord à l’activité sexuelle pour que son consentement soit valide. Elle peut le faire par ses paroles, son comportement ou les deux. Aussi, il doit être donné personnellement par la personne qui participe à l’activité sexuelle.

  • N’est pas valide sous intoxication

Le consentement n’est pas valide lorsque la personne est intoxiquée, volontairement ou involontairement que ce soit par l’alcool, des drogues, des médicaments, etc.

  • Peut être révoqué à tout moment

Chacun peut poser des limites à l’intimité consentie et peut changer d’avis pendant la relation et y mettre fin.

La notion d’âge dans le consentement

En France, l’âge minimal du consentement à une activité sexuelle est fixé à quinze ans. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas avoir d’activités sexuelles avant. Il y a des exceptions et des règles à respecter.

Pour avoir des relations sexuelles, il y a des règles à respecter en fonction de l’âge. ©Matéo DUFOUR

Ok pas ok, une campagne destinée aux jeunes

Le consentement est une question prioritaire pour les jeunes qui font leur entrée dans la vie sexuelle et affective. En octobre dernier, Santé publique France a rediffusé la campagne OK pas OK sur la question du consentement à destination des adolescents. L’ambition : interroger les jeunes sur la notion de consentement.

Cette campagne, c’est une série de podcasts dans lesquels quatre jeunes filles et un garçon témoignent de leur expérience. Les situations variées illustrent toutes les questions autour du consentement. Elles sont symbolisées par des jeunes pour des jeunes qui apportent des questionnements concrets. Les podcasts sont disponibles sur le site Onsexprime.fr.

Voici le témoignage de Maria dans la campagne Ok pas Ok :

Voilà vous connaissez maintenant le plus important à savoir quand on parle de consentement. Pour plus de détails, rendez-vous sur le site du centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel.

Matéo DUFOUR