sexe-cosplay-dégusiment-fétichisme

Entre le simple fait de se déguiser et la possibilité de créer un nouveau business, le cosplay trouve de nouveaux adeptes. Le sexe fait-il vraiment partie du cosplay? Éléments de réponse.

Pour beaucoup, cosplay et sexe sont fortement liés. Mais d’abord, qu’est-ce que le cosplay ? C’est un mot anglais formé à partir de deux autres mots : costume et play. Donc, c’est basiquement jouer en costume. Un cosplayer se déguise en personnages de fiction issus de mangas ou jeux vidéos. Rien n’est laissé au hasard : entre les cheveux, le maquillage et la tenue pour incarner ce personnage. La pratique est née aux États-Unis mais trouve dans la culture japonaise un réservoir presque sans limites d’adeptes à chaque convention en lien avec le gaming ou le Japon. Bien souvent, les cosplayers se déguisent en leur personnage favori.

La cosplayeuse sexy, un objet de désir

Jusque-là, rien de bien méchant et aucun rapport avec le sexe. Mais le sexe et le cosplay sont reliés même si les tabous existent toujours : il est difficile de trouver des témoignages. Car un autre volet du cosplay, c’est de se déguiser de façon hentaï, terme utilisé pour désigner les mangas ou animés pornographiques. La cosplayeuse qui se déguise de façon sexy devient alors, par définition, sexuellement attirante ou excitante.

De quoi, susciter des fantasmes voire un fétichisme (excitation sexuelle provoquée par la présence d’un objet, par une partie du corps, par une matière ou par une situation) à part entière mais pas moins puissant. Au point même qu’il existe des catégories cosplay et hentaï dédiées sur Pornhub, site pornographique le plus visité du monde. Le mot hentaï est même le deuxième mot-clé le plus recherché sur le site en 2019 ! La catégorie est d’ailleurs la quatrième plus consultée avec une hausse de 36%. Les filles, et parfois leurs partenaires, sont habillés en personnages de manga ayant déjà une forte connotation sexuelle. C’est le cas par exemple de Mai Shiranui, guerrière sexy de la franchise Fatal Fury qui est devenue avec le temps un véritable sex-symbol… Et certainement le personnage le plus cosplayé par les actrices pornographiques asiatiques !

Cosplayeuse sexy, un nouveau business

Les cosplayeuses peuvent aussi gagner de l’argent avec leurs corps, à l’image de certaines qui n’hésitent pas à envoyer des nudes en échange de rémunération. Certains comptes Instagram regroupent près de quatre millions d’abonnés comme celui de Jessica Nigri. Elle a plus de followers sur Facebook et Instagram que l’actrice française Marion Cotillard.

Internet peut être un monde cruel. Les cosplayeuses en petites tenues se faisaient lyncher sur les réseaux sociaux il n’y a pas si longtemps. Les haters allant jusqu’à les traiter de « fausses cosplayeuses« . Aujourd’hui, les cosplayeuses sexys sont de véritables business women. Elles vendent à tour de bras des photos d’elles dédicacées, en cosplay ou en lingerie. La majorité possède un site avec un système d’abonnements (allant de 1 à 150$ chez Jessica Nigri) pour avoir accès à des contenus exclusifs. Il est du coup bien vu de posséder au moins une tenue sexy dans sa garde-robe si l’on veut faire carrière dans le cosplay.

Matéo DUFOUR