couple - pixabay

Elles sont taboues mais suscitent toujours des commentaires. Les règles sont un phénomène au cœur des questions de sexualité. Bien que n’étant pas directement concernés, les hommes participent activement à l’entretien de ce tabou. Mais à mesure que le temps passe, leur perception évolue elle aussi. Nous leur avons demandé ce qu’ils en pensaient réellement.

« Les règles, c’est dégueulasse », « ça pue« , « cachez votre sang »… Voilà un petit florilège de réactions masculines suscitées par les règles. Mais depuis quelques années, la perception de ce phénomène pourtant naturel est en train de bouger. Entre les mobilisations sur les réseaux sociaux ou encore les actions coup de poing de certains collectifs, une certaine acceptation commence à se faire ressentir dans la société. Si les femmes libèrent leur parole autour des règles, quel avis portent les hommes sur ce phénomène ?

La découverte tardive des règles

Les hommes sont très souvent blâmés pour leur positionnement sur les règles. Il ne faut cependant pas oublier qu’ils découvrent ce phénomène assez tard dans leur vie. Pour l’immense majorité, c’est en cours qu’ils comment à apprendre ce que sont les règles, comme l’explique Matthieu. « Comme énormément de mecs de mon âge, j’ai découvert ce qu’étaient les règles au collège. On avait les cours de SVT en 4e et 3e là-dessus. Je me souviens que pour les gars c’était une galère car on n’y comprenait vraiment rien du tout ». Au même titre que tout le monde réagit différemment, tous les hommes ne sont pas confrontés aux règles de la même manière. En effet, certains découvrent ça en SVT et n’en entendent plus jamais parler jusqu’au jour où ils rencontrent leur petite amie. Mais ce n’est pas toujours le cas. « Moi je vois, j’ai plein de potes, quand ils ont vraiment commencé à grandir, ils n’avaient aucune connaissance des règles et n’avaient jamais vu une fille gérer ça. C’est comme tout, il y a l’envers du décor. Mais moi personnellement, j’ai grandi avec une sœur et deux demi-sœurs à la maison donc j’y étais un peu plus confronté qu’un mec lambda », raconte Matthieu. Lorsque les futurs jeunes hommes, qui ne sont encore que des adolescents découvrent les règles, il y a aussi une certaine immaturité qui complique la perception. « On cumule les handicaps pour se faire un véritable avis sur les règles, regrette Matthieu. C’est vrai ! Quand on a 13 ans, tout ce qui touche à la sexualité fait rire et quand on grandit, le rire se transforme en une sorte de pudeur ostentatoire qui parfois, vire au dégoût. »

Couple, règles et sexe ne font pas toujours bon ménage

Pour les hommes, le moment clé pour découvrir les règles reste le moment où ils sont en couple. Mais les règles restent un tabou, parfois même dans le couple. La discussion est le meilleur moyen de compréhension. « Les règles, c’est un truc obligatoire pour que la femme puisse avoir un enfant, donc je suis assez ouvert là-dessus, ça ne me pose aucun problème. Mes différentes copines m’en ont toujours parlé très facilement. Je n’ai pas forcément d’avis positif ou négatif mais je sais que c’est inévitable« , reconnait Samy. Voilà maintenant un an qu’il est en couple avec sa copine. Petit à petit, il a pu s’habituer au phénomène des menstruations. Cependant, le sexe en période de règles reste un moment délicat. « Pendant le lycée j’étais en couple avec une fille qui était très pudique sur ses règles et qui ne voulait pas de relations sexuelles pendant les règles. Franchement, c’était très bien comme ça, explique Samy. Mais cette année avec ma copine lors d’un rapport j’ai vu du sang en grande quantité sur mon sexe. Et là, j’ai été dégouté au point de ne plus bander. » Mais il le rappelle, ce n’est pas pour autant qu’il fait la chasse aux tampons ou aux serviettes hygiéniques maculées de sang. « Pour le coup là-dessus, je m’en fiche, c’est normal. Mais le sexe pendant les règles, ça reste quand même le niveau d’acceptation ultime. Je ne sais pas si j’y serai prêt un jour mais en tout cas, là, ce n’est pas le cas », plaisante Samy.  

Un tabou qui évolue

Aujourd’hui, le constat est clair : les choses bougent. La perception des règles évolue petit à petit et les hommes y sont aussi pour quelque chose. Antoine est un jeune étudiant. Il a toujours été sensible à la question et appelle de ses vœux à une évolution. « Je comprends le fait de vouloir faire reconnaître les règles et les problèmes que ça peut engendrer. Il y a beaucoup de tabous et de complexes qui doivent passer un cap pour améliorer le quotidien des femmes. Les règles, et les règles douloureuses font partie de ces combats ». Pour que les choses bougent, des voix s’élèvent pour que les actions soient fortes. Comme avoir du sang à l’entre-jambe par exemple. Il y en a déjà eu quelques-unes, comme ce fut le cas avec Irenevrose ou le collectif « ça va saigner ».

Pour autant, certains hommes sont pour briser le tabou des règles mais l’immense majorité refuse de voir leur petite amie faire ce genre d’action. Antoine fait partie de la faible minorité qui n’y serait pas opposé si cela advenait. « Si ma copine devait participer à ce genre d’action, c’est à elle de voir. Si elle ressent le besoin de participer à l’action parce qu’elle pense que ça pourrait améliorer sa condition et mieux vivre ces périodes, je ne suis pas en position de l’empêcher d’y aller. Et si ça l’aide à aller mieux, moi ça me va ». Même si le cas d’Antoine reste encore marginal, l’évolution des mentalités et la perception des hommes sur les règles évoluera elle aussi positivement.

Max DESGOUTTE

Laisser un commentaire