Marie-rose galès autrice ENDO&SEXO

Marie-Rose Galès est une femme juriste et militante. En outre, elle lutte pour informer sur une maladie très médiatisée mais peu connue : l’endométriose. Atteinte depuis plusieurs années, elle a écrit un livre Endo&Sexo pour montrer que l’on pouvait vivre pleinement sa sexualité avec la maladie et être épanouie. Un sujet encore tabou dans le milieu médical des spécialistes de l’endométriose. Elle a accepté de répondre à nos questions.

Auteure du blog « Endométriose mon amour » depuis trois ans, la jeune femme a décidé d’écrire un ouvrage sans tabou sur l’endométriose et la sexualité. Forte de son expérience personnelle, elle recueille dans son livre différentes pratiques et techniques pour vivre une sexualité épanouie. Sans langue de bois, elle dénonce aussi le manque d’information des spécialistes français.

« Il y a vraiment un manque de connaissance, même chez les sexologues ! »

Marie-Rose Galès

Comment expliquez-vous qu’en France on ne soit pas informé sur le sujet ?

Marie-Rose Galès : « On est l’un des seuls pays à avoir cru aux théories du philosophe Freud et on y croit encore. Or, Freud a fait beaucoup de dégâts avec ses théories sur l’hystérie. C’est à la fin du XIXème siècle que les chercheurs français se sont renseignés sur l’endométriose. Je ne sais pas si c’est par chauvinisme, mais on a tendance à rester accroché à nos vieilles théories. On tourne un peu en rond sur des choses qui ont plus d’un siècle et on a du mal à s’en détacher. Ne serait-ce que pour la définition de l’endométriose. On diffuse une définition qui scientifiquement parlant est fausse. L’endométriose ce n’est pas de l’endomètre à l’extérieur de l’utérus. On cherche à soigner quelque chose qui n’existe pas. »

« J’ai dû faire des recherches outre-atlantique sur le thème de la sexualité… En France, on a un vrai retard à rattraper ! »

Marie-Rose Galès

Pourquoi avoir choisi le sujet de la sexualité et de l’endométriose?

« C’est vraiment sur ce sujet qu’on ne trouve aucune information. Il y a des statistiques qui restent de l’époque freudienne et qui sont vraiment à côté de la plaque ! Il y a aussi un vrai manque de connaissance chez les sexologues. J’ai envoyé le livre à une association et j’ai eu droit à « Ah ! Enfin quelqu’un qui apporte de vraies réponses ! » Les sexologues ça va bien quand on a un problème psychique mais quand on a un problème physique, ils sont à côté de la plaque ! »

Il y a un vrai manque de connaissance et d’intêret pour le fonctionnement du corps nous raconte Marie-Rose Galès.

Encore aujourd’hui, dans l’imaginaire des gens, faire l’amour est synonyme de pénétration. Comment avez-vous réussi à démontrer que ce n’était pas que ça ?

« On est dans une société patriarcale qui a une vision de la sexualité assez restreinte, qui touche seulement à l’aspect reproductif finalement. En lisant l’essai de Martin Page « Au-delà de la pénétration » et tout simplement le kamasutra. Pas sa version occidentale mais bien la version originale. J’ai pu utiliser ces ouvrages pour expliquer une nouvelle manière de faire l’amour. Dans le kamasutra, on peut y découvrir différentes parties. »

Finalement, quelles sont les techniques pour vivre pleinement sa sexualité quand on a l’endométriose ?

« Grâce aux témoignages que j’ai reçus sur mon blog, mon expérience personnelle et les réseaux sociaux, je me suis nourrie de tout ce que les gens m’ont raconté. Chaque endométriose est différente. Certaines souffrent lors de la pénétration et d’autres lors de l’orgasme. Mon conseil est de retrouver une symbiose avec son corps et se retrouver aussi psychologiquement. La masturbation peut être un moyen utile de réapprendre à connaître son corps. »

Les douleurs pendant les rapports sont le troisième symptôme le plus important dans l’endométriose, bien avant l’infertilité. Aussi, il concerne environ 60% des malades d’après des chiffres de l’association américaine de l’endométriose.

Luana PAULINEAU

Laisser un commentaire