Envie de vous renseigner sur les pratiques sexuelles ou juste envie de lire quelques beaux poèmes érotiques ? À Lyon, on peut trouver son bonheur et son plaisir dans les rayons de certaines librairies.

J’ai testé pour vous la Fnac et Le Bal des ardents, une librairie indépendante.
Vous vous en doutez, deux structures, deux approches. Quel que soit votre besoin du moment, vous y trouverez ce qu’il vous faut. Je vous recommande de vous tourner vers les livres si vous avez des interrogations sur la sexualité. Sur internet, il y a énormément de tri à faire. Difficile d’identifier des sources fiables et de s’y retrouver au milieu des témoignages.

previous arrow
next arrow
Slider

La FNAC, du pratico-pratique

À la FNAC, le rayon sexualité se trouve avec les ouvrages sur le développement personnel, les témoignages et la santé. Les livres sont répartis en deux zones : la pratique et la théorie. Dans la section pratique, on trouve tout ce qui tourne autour de la drague, des positions lors des rapports sexuels, de la gestion des émotions.

Rayon sexualité de la FNAC. ©SR

« Depuis la sortie de Jouissance Club de June Pla, le rayon sur la sexualité intéresse davantage »

La responsable du pôle Bien-être

Dans la section théorique, on aborde les témoignages ou les essais autour du féminisme par exemple, de la maternité, de la contraception… Il y a également quelques livres sur l’homosexualité mais pas davantage :
« Les gens me demandent peu de conseils, ils arrivent souvent avec la référence de leur livre. Et ils me demandent juste du bout des lèvres où est le rayon sexualité », raconte la responsable de la section.
La catégorie sexualité fonctionne moins que la section développement personnelle, nourriture saine ou même ésotérisme. Mais actuellement, le tantrisme a le vent en poupe : « Les gens s’intéressent de plus en plus à la théorie et glissent doucement vers la pratique et donc viennent acheter des livres davantage orientés sur la sexualité. »

Au Bal des ardents, pas de tabou

Le rayon s’appelle Curiosa. Du latin qui signifie « vouloir tout savoir« . Et on peut précisément tout savoir grâce aux quatre pans d’étagères. Il y a une zone un peu pratique, mais avec moins de références qu’à la FNAC. L’accent est mis sur la littérature. Poèmes, BD, romans, photos, essais.

Le public est plutôt composé de connaisseurs et de personnes à l’aise avec leur sexualité. Au Bal des ardents, on conseille tranquillement : « Le rayon Curiosa est un rayon comme les autres. Il n’est pas planqué au fond de la boutique. On fait attention à la sensibilité des gens, mais c’est toujours intime de conseiller un livre, quelle que soit la section », explique la responsable de la librairie.
La responsable confie aussi que parmi leurs visiteurs du rayon Curiosa, on retrouve parfois des touristes : « Le Bal des ardents a été une librairie érotique, mais c’était il y a seize ans. Et cela a duré seulement deux ans, entre 2001 et 2003. C’est fou que les esprits en soient aussi marqués. On serait en Angleterre, je pense que ce serait différent. En France, on est encore bien gêné. »

Si le sujet de la sexualité fait beaucoup parler, ce n’est pas le plus manié en lecture. Cela représente environ 4% du chiffre d’affaires du Bal des ardents. À la FNAC, les chiffres ne sont pas divulgués mais la responsable indique que « la sexualité est loin derrière les livres de recettes ». Mais la littérature érotique a pris un nouvel essor avec le best-seller Cinquante nuances de Grey.

Sophie REPOUX

Laisser un commentaire