Depuis 2015, le Prep est prescrit en France

Depuis quelques années, des médicaments sont disponibles pour les couples afin d’éviter le plus possible les infections au virus d’immunodéficience humaine (VIH). Ces traitements sont le PrEP (Prophylaxie Pré-Exposition) et le TPE (Traitement-Post Exposition). Il y a un traitement de fond, et un d’urgence.

Le PrEP-TPE sont des traitements reconnus comme « efficaces » pour limiter la propagation du VIH. Elle ne concerne pas un type de population en particulier, mais tous ceux qui veulent avoir un rapport sexuel sans protection avec leur partenaire.

La différence entre PrEP et TPE

Le PrEP est un traitement de fond. Il se prend sur une période contenant un risque de contracter le virus, lorsqu’on sait que l’on va avoir des rapports sexuels qui ne seront pas forcément protégés. Il y a deux façons de le prendre. Soit comme une pilule, tous les jours en continu, soit en traitement à la demande, dans une période donnée, avant et après le rapport. Ce traitement nécessite toutefois un suivi médical régulier, ainsi que des dépistages pour d’autres IST.

Le PrEP est disponible depuis 2016 en France, uniquement par prescription d’un médecin traitant. Il se prend uniquement avec un suivi médical précis, mais il est aussi intégralement remboursé par la sécurité sociale.

Pour ce qui est du TPE, c’est un médicament d’urgence. Il se prend juste après le rapport, et pas au-delà des 48 heures. Comme pour les pilules du lendemain, son efficacité diminue avec le temps. Plus il est pris tôt, moins il y a de chance que le virus s’installe.

Limiter l’expansion du VIH

L’efficacité du traitement est connue. Pour la PrEP, le deux méthodes sont approuvées par plusieurs associations et équipes de chercheurs aux États-Unis, en France, au Canada, au Royaume-Uni, en Ouganda et au Kenya.

Les risques liés à ces traitements

Déjà, le PrEP ne traite que le VIH, et pas les autres infections sexuellement transmissibles. Ni la PrEP, ni le TPE ne remplacent complètement les protections comme le préservatifs, notamment pour les autres infections. C’est pourquoi la PrEP est accompagnée d’un suivi médical précis ainsi que des dépistages.

De plus il est important de consulter son médecin traitant avant toute prise. Les agents actifs peuvent causer quelques effets indésirables comme des maux de ventre, des nausées ou des maux de têtes. Dans la plupart des cas, les effets disparaissent entre deux et trois mois.

Certains effets peuvent être plus graves, notamment à cause de problèmes rénaux. S’ils sont très rares, les problèmes sont irréversibles, même après l’arrêt du traitement. Il est donc très important d’en parler à son médecin traitant avant toute prise de décision.

Antoine BCHINI

Laisser un commentaire