couple se faisant un calin

Une personne asexuelle peut éprouver du désir, comme tout être humain, mais elle préfère vivre sans sexe, sans faire l’amour. C’est une attirance sur le plan esthétique ou intellectuel.

Nous avons rencontré deux jeunes filles, toutes deux asexuelles. L’une entre elle a souhaité conserver l’anonymat total. Nous avons décidé de l’appeler Marie, l’autre se nomme Laura.

Âgée de 22 ans, Laura avait longtemps eu cette impression d’être « bizarre » ou « timide ». Une incompréhension qui n’a pas été à son avantage car tout son entourage ne savait pas y mettre un mot. Elle a fini par s’affirmer : « Je n’ai pas de problème d’identité, je suis une femme avec un penchant pour les hommes, mais je ne ressens pas d’attirance sexuelle ».

Je n’y trouve pas mon compte

Laura

En somme, Laura dit pouvoir aimer de tout son coeur, vivre une relation « à condition que la personne me mette une réelle claque intellectuelle ». Contrairement à ce que vous pourriez penser, le sexe ne la dégoûte pas. « Je pourrais le faire sans problème avec quelqu’un, mais ça ne m’intéresse pas, je n’y trouve pas mon compte. » Elle affirme être stimulée par d’autres choses que le sexe.

Marie, quant à elle, exprime plutôt son asexualité par une peur de l’acte sexuel, tout en ne ressentant pas le réel besoin d’y goûter. « Mes potes sont là à dire « t’es bloquée », « t’inquiète ça va aller » des trucs comme ça. Elles sont sympas à me rassurer, mais j’essaie de leur expliquer que c’est comme ça et je ne pense pas que ça changera. » L’idée d’avoir des chances d’avoir des infections et des maladies sexuellement transmissibles l’apeure également.

1 % de la population serait asexuelle

Selon des études américaines, 1% de la population mondiale uniquement serait asexuelle. Selon l’Association pour la Visibilité Asexuelle, près de 90% des asexuels sont des jeunes de moins de 30 ans. D’autres chiffres montrent que 57% sont des femmes, 12% sont des hommes, et 31% ne s’inscrivent pas dans la binarité homme-femme.

Mais aujourd’hui, de plus en plus de personnes se définissent comme asexuelles et en sont fières. Jusqu’à devenir une sorte de militantisme. Un livre de près de 250 pages sur l’asexualité est également disponible.

Pour en savoir plus sur les différents termes tournant autour de la sexualité, consultez notre lexique.

Valika ROBERT

Laisser un commentaire